.
Want Wikipedia to look like this?   
Click here to upgrade your Wikipedia experience
Premier ministre du Royaume-Uni | QuickiWiki

Premier ministre du Royaume-Uni

  FR

Overview

Armoiries du gouvernement britannique - Premier ministre du Royaume-Uni
Armoiries du gouvernement britannique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Premier ministre.

Le Premier ministre du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (Prime Minister of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland), ou Premier ministre britannique (British Prime Minister), est le chef du gouvernement du Royaume-Uni et détient le pouvoir exécutif. Il est ainsi le véritable chef politique du pays et son représentant sur la scène internationale.

Plus communément appelé Premier ministre (Prime Minister ou « PM »), il est responsable, avec son Cabinet, de ses politiques et de ses actions devant le Parlement, le souverain, son parti politique, et de facto devant l'électorat.

Le poste est considéré comme le plus important des quatre Grands offices d'État (Great Offices of State).

La fonction de Premier ministre n'a pas été créée : elle résulte d'une évolution lente et erratique sur plus de trois siècles, due à de nombreuses lois parlementaires (Acts), développements politiques et accidents de l'Histoire. Son origine se trouve dans les changements constitutionnels qui eurent lieu au cours de la période appelée Revolutionary Settlement de 1688 à 1720, et résulte du changement de main de pouvoir politique du souverain au Parlement. Le premier Premier ministre est considéré comme étant Sir Robert Walpole, à la tête du gouvernement de 1721 à 1742.

L'actuel Premier ministre est David Cameron, du Parti conservateur, depuis le 11 mai 2010.

Autorité

En tant que chef du gouvernement de Sa Majesté, le Premier ministre contemporain dirige le Cabinet, organe de décision regroupant les principaux ministres de la Couronne à la tête des départements exécutifs du gouvernement qui représente le pouvoir exécutif du Royaume-Uni.

De plus, le Premier ministre est à la tête du principal parti politique du pays, et dirige généralement la majorité à la Chambre des Communes, la chambre basse du Parlement.

Il exerce ainsi à la fois le pouvoir exécutif et législatif, le système politique britannique tendant plus vers un rapprochement que vers une séparation des pouvoirs.

À la Chambre des Communes, le Premier ministre guide le processus d'élaboration des lois, dans la ligne politique choisie par son propre parti. Parmi ses pouvoirs exécutifs, il nomme (et peut congédier) les membres du Cabinet et les ministres, et il coordonne la politique et les activités des départements exécutifs et du Civil Service. Il en est ainsi responsable devant le Parlement, le souverain, son parti politique, et de facto devant l'électorat.

Il est également le visage et la voix publique du Gouvernement de Sa Majesté au niveau national et international.

Sur le conseil du Premier ministre, le souverain exerce certains pouvoirs et prérogatives, dont la dissolution du Parlement, les nominations importantes des domaines judiciaires, politiques, officielles et ecclésiastiques et l'octroi des titres de pair à vie et chevalier, ainsi que des décorations et autres honneurs.

Depuis 1905 le Premier ministre occupe également les fonctions de Premier Lord du Trésor et depuis 1964, avec Harold Wilson, de Ministre de la Fonction publique.

Nomination

Le Premier ministre est investi par le monarque du Royaume-Uni. Néanmoins, le chef du Gouvernement doit avoir la confiance et le soutien de la majorité de la Chambre des Communes, principale Chambre du Parlement Britannique. C'est pourquoi, après chaque renouvellement de la Chambre des communes, le monarque nomme systématiquement le chef du parti majoritaire. Par le jeu électoral, ce sont donc indirectement les électeurs qui élisent leur Premier ministre.

La tradition veut qu'avant que le nouveau Premier ministre ne puisse entrer au 10 Downing Street en tant que propriétaire des lieux, il doit annoncer au pays et au monde qu'il a « baisé les mains » (kissed hands, terme constitutionnel à différencier du baisemain, geste de courtoisie) du monarque en exercice, et est devenu ainsi Premier ministre. Il prononce aussi la phrase :

« Sa Majesté la reine [Sa Majesté le roi] m'a demandé de former un gouvernement, et j'ai accepté[1]. »

Historique

La fonction de Premier ministre au sens moderne apparaît au XVIIIe siècle, avec Sir Robert Walpole en 1721. Mais son rôle n'est pas encore le même qu'aujourd'hui. À l'époque, il n'était que le primus inter pares et sa fonction était surtout coordinatrice.

Le terme de « Premier ministre » (Prime minister en anglais) est probablement d'origine française, Richelieu le portait déjà au XVIIe siècle. Walpole portait le titre de Premier Lord du Trésor (First Lord of the Treasury) comme la quasi-totalité de ses successeurs jusqu'à aujourd'hui. Sous le règne de George Ier, le Cabinet prend l'habitude de se réunir sous la présidence du Premier ministre, car le souverain ne parlait pas l'anglais et s'intéressait beaucoup plus à son royaume de Hanovre qu'à celui de Grande-Bretagne. Benjamin Disraeli est le premier à utiliser son titre de Premier ministre en signant le Traité de Berlin en 1878. En 1905, une loi sur le protocole le cite et le place juste après l'Archevêque d'York dans l'ordre de préséance.

C'est sous le règne de la reine Victoria — le plus long de l'histoire du Royaume, de 1837 à 1901 — que le Premier ministre gagne en importance vis-à-vis du monarque, celui-ci conservant essentiellement comme droit celui d'être consulté, de conseiller et d'avertir. On peut situer au début du XXe siècle le moment où le chef du gouvernement devient le chef réel de l'exécutif. En 1905, Henry Campbell-Bannerman est le premier à porter officiellement le titre de « Premier ministre ».

Dans les années 1960, un ouvrage de science politique intitulé Le Monarque élu (The Elected Monarch) fut publié et comparait la fonction à celle d'un Président dans un régime présidentiel. Margaret Thatcher en 1982, pour la Guerre des Malouines et Tony Blair en 2003, pour la Guerre d'Irak ont largement décidé seuls, même s'ils avaient le soutien quasi-unanime du Parlement.

Résidence

Article détaillé : 10 Downing Street.

Le Premier ministre britannique réside au 10 Downing Street, située dans la cité de Westminster au cœur de Londres.

Cette résidence avait été offerte par le roi George II à Sir Robert Walpole en tant que « First Lord of the Treasury » en remerciement de ses services rendus au Royaume. Elle est depuis passée de main en main à tous ceux occupant cette fonction, rattachée à celle de Premier ministre.

Le Chef du gouvernement a également à sa disposition la maison de campagne de Chequers située au pied des Chilterns, dans le Buckinghamshire.

À côté du numéro 10, au numéro 11 de Downing Street réside le Chancelier de l'Échiquier, ministre chargé des finances et du trésor.

Privilèges

Dans l'ordre de préséance, le Premier ministre dépasse tous les autres dignitaires britanniques à l'exception des membres de la famille royale, du Lord Chancelier et de deux figures ecclésiastiques majeures, l'archevêque de Cantorbéry et l'archevêque d'York.

Il reçoit un salaire de 142 500 £, dont son salaire de Membre du Parlement (65 737 £).

Le Premier ministre est habituellement un membre du Conseil privé de Sa Majesté, et a donc droit à l'appellation de Très honorable (The Right Honourable). D'après la Constitution, seul un Conseiller privé (Privy Counsellor) peut devenir Premier ministre (la seule exception est Ramsay MacDonald en 1924, fait membre du Conseil privé immédiatement avant sa nomination en tant que Premier ministre).

À la fin de ses fonctions, il est courant que le souverain accorde des honneurs au Premier ministre sortant. Il s'agit souvent de le faire membre du plus important ordre de chevalerie britannique, l'Ordre de la Jarretière (Order of the Garter). La tradition de les faire Chevaliers (ou Dames pour le cas de Margaret Thatcher) remonte au milieu du XIXe siècle. Lorsque le Premier ministre sortant est d'origine écossaise, il est fait membre de l'Ordre du Chardon (Order of the Thistle), celui de la Jarretière étant généralement considéré comme un ordre anglais.

Il est également fréquent que les Premiers ministres se voient attribuer un titre de pair après leur mandat de Membre du Parlement à la Chambre des Communes, ce qui leur accorde le droit de siéger à la Chambre des Lords. Avant les années 1960, ils recevaient généralement le titre de comte (Earl) (Churchill a reçu celui de duc (Duke). Depuis, ils reçoivent un titre de pair à vie (life peerage), à l'exception de Harold Macmillan en 1984 qui a reçu le titre de comte de Stockton (Earl of Stockton). Certains Premiers ministres n'ont cependant pas accepté de titre de noblesse, comme Edward Heath, John Major et Tony Blair, et Gordon Brown a choisi de reprendre son siège de simple député à la Chambre des Communes après les élections générales de 2010.

Anciens Premiers ministres vivants

Notes et références

  1. Citation originale : « Her Majesty the Queen [His Majesty the King] has asked me to form a government and I have accepted ».

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

This page is based on data from Wikipedia (read/edit), Freebase, Amazon and YouTube under respective licenses.
Text is released under the Creative Commons Attribution-ShareAlike License.